Parlons Métier !

Savoir raconter une bonne histoire  versus Savoir écrire et avoir un style singulier : le match

Stephen King aurait dit qu'un roman réussi, c'est trois choses, "une bonne histoire, une bonne histoire, et une bonne histoire"; n tout cas, la tendance actuelle est celle-ci.

Alors, peu importe comment on la raconte , cette histoire ? Pas tout à fait !Stephen King nuance et complète dans son ouvrage, désormais en poche, Ecriture: Mémoires d'un métier en vingt points clés. 

(autre source : L'Express, 3/7/2015)

 

Etat d'esprit de l'écrivain

1. Ecrire d'abord pour soi, ne penser au lecteur qu'après. "Lorsque vous écrivez une histoire, vous vous la racontez à vous-même. Lorsque vous la réécrivez, votre tâche principale consiste à enlever tout ce qui n'est pas dans l'histoire." 

2. Ne vous préoccupez pas du qu'en dira-t-on. "Si vous cherchez à écrire aussi honnêtement que vous le pouvez, vos jours comme membre de la bonne société sont comptés." 

3. Avoir confiance en soi. "Je suis convaincu que la peur est à l'origine de mes plus mauvaises pages." 

4. Rester fidèle à son propre style. "Personne ne peut imiter l'approche d'un écrivain à un genre précis, même si ce qu'il fait semble simple." 

5. Ecrire rend heureux. "Le but de l'écriture n'est pas de faire de l'argent, de devenir célèbre, de décrocher des rendez-vous, s'envoyer en l'air ou se faire des amis. Finalement, il s'agit d'enrichir les vies de ceux qui liront votre oeuvre, et d'enrichir aussi votre propre vie... J' ai écris pour la simple joie de la chose. Et si vous le faites pour la joie, vous pouvez le faire pour toujours."  

Conseils techniques

6. Soigner l'introduction. "La première ligne devrait inviter le lecteur à commencer l'histoire. Elle devrait dire "Ecoute. Viens ici. Tu veux savoir ce qui se passe." 

7. Ecrire un mot à la fois. "Qu'il s'agisse d'une anecdote sur une seule page ou d'une épopée sous forme de trilogie comme Le Seigneur des anneaux, le travail est toujours réalisé un mot à la fois." 

8. Ne pas utiliser la forme passive. "Les écrivains timides aiment les verbes passifs pour les mêmes raisons que les amoureux timides aiment les partenaires passifs. La voix passive est sans risque." 

9. Eviter les adverbes. "L'adverbe n'est pas votre ami. Particulièrement "après "il disait" ou "elle disait"." 

10. Faire des paragraphes. "Les paragraphes sont aussi importants sur le plan visuel que sur le plan significatif: ils sont les signes de l'intention." 

11. Ne pas être obsédé par la grammaire. "Le but de la fiction n'est pas l'exactitude grammaticale, mais doit permettre au lecteur d'entrer (dans le roman) pour lui raconter une histoire." 

12. Ne pas être exhaustif dans les passages descriptifs. "La description commence dans l'imagination de l'auteur, mais doit finir dans celle du lecteur de manière à ce qu'il frémisse de reconnaissance." 

13. Laisser tomber les passages qui tiennent à coeur. "Supprimez vos passages préférés, même lorsque cela brise votre coeur de petit scribe égocentrique: supprimez vos chouchous (...). Cette coupure permettra d'accélérer le rythme, et c'est ce que la plupart d'entre nous finit par avoir à faire."  

14. Le travail de documentation ne doit pas supplanter l'intrigue. "Si vous avez besoin de faire des recherches en rapport avec des choses que traitent certaines parties de votre histoire et que vous connaissez très peu, rappelez-vous ce mot: arrière-plan. C'est l'endroit auquel appartiennent les recherches: placez-les aussi loin dans la toile et la trame de fond que vous pouvez. Vous pouvez être fasciné par ce que vous apprenez (...) mais vos lecteurs vont probablement beaucoup plus se soucier des personnages et de l'histoire." 

L'environnement de travail

15. Ecrire avec la porte fermée. "C'est votre façon de dire au monde et à vous-même que vous êtes occupé. Vous vous êtes engagé sérieusement à écrire, et avez l'intention de mener à bien votre tâche." 

16. Aménager une salle de travail de manière symbolique. "Placez votre bureau dans un coin, et chaque fois que vous vous y asseyez pour écrire, rappelez-vous pourquoi il n'est pas au milieu de la pièce. La vie n'est pas un système qui soutient l'art. C'est l'inverse." 

17. Eteindre la télévision et éliminer les distractions. "Il ne devrait pas y avoir de téléphone dans la salle où vous écrivez, encore moins de télévision ou de jeux vidéo prêts à vous distraire (...). La télévision pendant le travail est la dernière chose dont un auteur en herbe a besoin."  

18. Respecter des délais. "Le premier jet d'un roman, même long, ne devrait pas vous prendre plus de trois mois à écrire, ce qui correspond à la longueur d'une saison." 

19. Faire une pause. "Lire votre livre après six semaines de vacances peut être une expérience étrange, voire stimulante." 

L'importance du travail

20. Ecrire et lire tout le temps. "Si vous voulez être écrivain, vous devez privilégier deux choses: lire beaucoup et écrire beaucoup. Si vous n'avez pas le temps de lire, alors vous n'avez pas le temps (ou les outils) pour écrire (...). J'écris moi-même tous les jours, même à Noël, le jour de la fête nationale et le jour de mon anniversaire." 

Bonus

L'écrivain de 67 ans livre un dernier secret concernant sa réussite, qui ne manquera pas de faire sourire: "Je suis resté en bonne santé et je suis resté marié." 

 

 

Ici on parle métier, et même travail car lire, écrire, sont des loisirs mais aussi des engagements, des choix, et des apprentissages continus . Et on peut se perfectionner, on peut toujours. Style, grammaire, orthographe, vocabulaire... les grands nous livrent leurs astuces, leurs recettes et leur innovations.

3. Un p'tit rappel, avec une lettre de Jean Cocteau, ci-dessous. Si vous savez écrire tous les verbes à l'impératif, vous êtes aussi fort que lui ! Pour les autres, une règle simple :

- pour les verbes du 1er groupe (= en ER, sauf le verbe aller),impératif en E final, échante, aime, imagine !" même si à l'indicatif, on dit tu chante, tu aimes, tu imagines.

- pour les autres verbes, impératifs en S : finis, sors, ris, pars...

ATTENTION au verbe ALLER : Va, cours, vole et nous venge ! (Corneille, Le Cid). Mais : vas-y ; va-t-en ! Pourquoi, pour l'euphonie, le son agréable (eh oui, l'oral a des conséquences sur l'écrit).

Et maintenant, La lettre de Jean Cocteau, toute à l'impératif:

« Mange ta soupe.

Tiens-toi droit.

Mange lentement.

Ne mange pas si vite.

Bois en mangeant.

Coupe ta viande en petits morceaux. Tu ne fais que tordre et avaler.

Ne joue pas avec ton couteau.

Ce n’est pas comme ça qu’on tient sa fourchette.

On ne chante pas à table. 

Vide ton assiette.

Ne te balance pas sur ta chaise.

Finis ton pain.

Pousse ton pain.

Mâche. »

Source = La lettre proposée ce dimanche par nos amis de Des Lettres date de 1919. Elle a été publiée dans la revue L'Almanach de cocagne sous le titre “Petite lettre à la dérive”. Rue89

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-la-lettre-du-dimanche/20150513.RUE1425/lettre-de-jean-cocteau-mange-ta-soupe.html

2. Place à Joseph ROTH, et son oeuvre la plus célèbre, La marche de Radetzki, en référence (ironique !) à la musique militaire de référence dans l'empire austro-hongrois : c'est en effet le récit vivant et documenté de la chute de cet empire à la guerre de 14-18.

*** Entre ce Joseph ROTH, écrivain de la 1re moitié du XXe siècle, et Philippe ROTH, mort en 2018, pas de lien de parenté, sauf dans la grande confrérie des écrivains (voir chronique 1).

Que nous apprend Joseph ROTH ? Pas mal de choses et de façons bien plus vivante que dans un livre de grammaire .

- sur l'opposition passé-simple / imparfait, écoutez ça "Il attendit. Il attendait dans la grande pièce précédant le cabinet de travail de sa Majesté..." (page 337, éd. points). Le passé simple signe l'existence de cette action. L'imparfait montre, étire la durée de cette action, du point de vue de celui qui est soumis à l'attente.

- Sur l'emploi d'un adjectif exprimant une émotion humaine, mais appliqué à la nature (ici le cas d'un décor champêtre pour une grande fête) : "C'était un jeune bois. Il se composait de joyeux petits pins, offrait de la fraîcheur et de l'ombre..." (p. 345). Ce procédé permet de faire sentir au lecteur une ambiance collective  defaçon simple (en effet, qui voit le petit bois ainsi : ceux qui préparent la fête).

- Pour un dialogue efficace, car il ne s'étire pas trop longtemps ("entrer tard et sortir tôt" dit aussi un scénariste américain : pas de bla-bla, des résultats) :

"Le monde où il valait encore la peine de vivre était condamné à sombrer. Le monde qui lui succèderait ne méritait plus d'être habité par des gens comme il faut. Aimer avec suite, se marier, engendrer des enfants n'avaient donc pas de but. Chojnicki considéra la veuve de ses tristes yeux bleu pâle, un peu saillants, il dit :

- Excuse-moi de ne pas désirer t'épouser.

Et ces mots mirent fin à sa visite de condoléances." (p. 230)

- Pour donner de la force à une scène violente, pas besoin d'en rajouter dans l'hémoglobine et les coups !  Il s'agit d'un duel, interdit dans l'armée.  Les deux protagonistes font feu, se ratent... Tout va bien, l'honneur est sauf ?. Mais non. Arrive le commandant : "À deux minutes à peu près de la prairie (on percevait déjà les ordres des sous-officiers), le commandant arrêta sa monture, se retourna à demi sur sa selle et dit seulement 'Tous les deux !'. Puis, continuant d'avancer, plus pour lui-même que pour le sous-lieutenant :

- Il n'y avait vraiment rien à faire !" (page 139)

 

 

*******

1. Voici Philippe ROTH, Parlons travail, (2001) traduit, puis reparu en Folio. L'intérêt de ce livre, c'est son point de départ et son unité : des conversations  avec d'autres écrivains. D'abord avec Primo Levi, rescapé des camps de la mort nazis (et qui n'a pas lu Si c'est un homme, de Primo Levi, se précipite pour le lire sur le net ou ailleurs). Je cite, p 20 :

"à quel point penser à contribué à votre survie, penser en esprit scientifique doté de sens pratique et d'humanité". Précieuse leçon, utile quand les écrans se seront éteints.

A propos d'écrans, de résaux sociaux, etc., les pp 100-101 sont pleines d'intuition  "(Kafka) aurait bien ri d'entendre tous les jours ces rêveurs qui nous assurent tous les jours 'je ne suis pas venu ici pour me faire insulter !' Dans le monde de Kafka - et pas seulement dans le sien - la vie ne commence à faire sens que  quand on comprend que c'est bel et bien pour ça qu'on est là".

Milan Kundera, qui a vécu sous le régime communiste à Prague (avant de devenir président, bien après) dit une chose précieuse sur le totalitarisme : attention aux gens sui ne sourient pas !"le sens de l'humour est un signe de reconnaissance auquel on peut se fier". (page 141) Ca peut servir encore.

Autre chose, qu'est-ce qu'un roman ? demande Ph. Roth à Milan Kundera, et celui-ci : (c'est) "une longue prose synthétique basé sur un jeu avec des personnages inventés"

Nous voilà loin de l'intrigue, nécessaire dans les séries ! Et enfin, à propos des scènes de sexe dans les romans, depouis que ce n'est plus tabou, c'est très ennuyeux. Pourtant, dit Kundera à Roth (pp 147-148) "une scène d'amour physique répand une lumière très forte qui révèle d'emblée l'essence des personnages et résume la situation de leur vie". On est loin des scènes stérotypées  de l'eros en boite dans la romance, même et surtout dite sexy.

La conversation avec Edna O'Brien, l'irlandaise, porte sur les femmes, l'amour, et la vie d'écrivain : la solitude est le mot-clé, seuls les hommes sont suivies de groupies, de nounous et d'infirmières. Cela changera-t-il ? Il est trop tôt pour le dire, car nous ne sdavons pas encore qui sont les réelles grandes de ce temps.

Ce que nous apprend enfin Saul Bellow (Edna O'Brien aussi) c'est à respecter les contraintes du genre "roman" puis d'oser s'en affranchir. Bien sûr, il faut avoir du répondant, surtout dans l'ère du vide...

Leçons de lecture, et d'écriture : être et faire comme on est, soi-même, l'apprendre, au-delà et en-deçà des écoles.     

 

Joseph Roth

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au présent

Un bon livre, c'est quoi ?

Polar, roman  de société, d'actualité, SF, fantasy..... Voici une proposition de découpage (photo faite sur la table de travail, avec les fétiches, 23 octobre 2018). Qu'en pensez-vous ? https://www.latelier-des-sens.com/index.php/contact

 Pour lire la pomme, étirez votre écran ! C'est... une voix d'auteur (quelqu'un vous parle), une ambiance (images, sens, émotions, détails...), une bonne histoire (dit Stephen King), une alliance entre vie et imaginaiton, et une langue qui sonne juste.

                                                   pomme quartiers

 

------------------------------------------------------------------------------------------- 12 octobre 2018

 

Nouveau !

 ce polar  :meurtrie hier Et si ça vous arrivait à vous ?

 

à retrouver à l'intérieur du site.

.................

Pour faire avec, lire comment font les autres, et dans quel ordre ou désordre.

En ebook ou format papier.

27336418 1947140632269888 8573703645983885728 n

En savoir plus
 

L'artiste à L'honneur

Karl  Lefebvre sculpteur

Il a démarré dans la scultpure il y a quinze ans et n'a cessé de s'affirmer. Il vit dans le sud-ouest mais expose aussi plus au nord. Ci-contre, une de ses premières oeuvres

Où voir et apprécier son travail ?

 

Voir le site

Karllefebvre

couv2 2 couv3 2

 

Contacter L'Atelier des Sens

contact

L'Atelier des Sens - Mentions légales - Création GreenBox